Quand on aime vraiment Agrandir l'image

Quand on aime vraiment

110.821

Nouveau

Texte : Pierre-Michel Gambarelli / Musique : Jean-François Krauss

Un refrain dont les paroles s'inspirent des mots de Marie lorsqu'elle accepte la tâche immense que Dieu lui demande d'accomplir.

Plus de détails

0,00 €

    Quand on aime vraiment

    Texte : Pierre-Michel Gambarelli

    Musique : Jean-François Krauss

      

    Pour toi rien d'impossible quand on aime vraiment

    Me rappelle la bible, me rappelle le vent

    Ô Seigneur, ta Parole, en moi, comme un grain dans la terre

    Ô Seigneur, ta Parole, en moi, fait germer ta lumière

    Pour toi rien d'impossible quand on aime vraiment.

     

    Thème

    Confiance totale en Dieu le Père... ce refrain évoque l'abandon en toute confiance de Marie dans la Parole de Dieu (Lc 1, 37-38).

     

    Usages

    • adoration eucharistique ;
    • méditation ;
    • prière à la manière de Charles Foucauld...

      

    Temps liturgique :

    • envoi ;
    • chapelet ;
    • dimanche de la mission universelle de l'Église...

     

    Commentaires

    Le refrain se structure autour de cette phrase inclusive que seuls des amoureux sont capables de prononcer : « Pour toi rien d'impossible quand on aime vraiment ». Le cri de Marie, la vierge qui enfante. Mais aussi, le cri d'Abraham, le patriarche qui parle à Dieu ; le cri de Moïse, le passeur vers la liberté ; le cri de Pierre, le disciple du tombeau vide ; le cri de Paul, l'apôtre transfiguré...

    Cet amour total en Dieu se découvre au fil de la bible et au fil du temps qui passe au cœur du petit quotidien. Les deux expériences sont nécessaires : à la fois la Parole de Dieu et la vie de tous les jours. À la fois la terre et le ciel. À la fois l'expérience du grain qui germe et celle de la lumière qui irradie.

    La musique douce et enlevée sur un rythme de bleues est un murmure intérieur. Ce refrain ne se chante pas, il se fredonne. Il a pour but d'envahir l'espace disponible du corps et de l'esprit afin de préparer ceux qui le chantent à mieux entendre les paroles qui lui succèdent.

     

    Enrichissements

    Ce refrain constitue une respiration nécessaire au cœur de fortes prières adressées à Dieu à l'exemple du Magnificat où de celles qui suivent.

      

    Psaume 121 que les juifs chantaient en marchant vers Jérusalem à l'occasion des grandes fêtes

     

    Je lève les yeux vers les montagnes : Mon secours, d'où viendra-t-il ?
    Le secours me vient de Yahvé qui a fait le ciel et la terre.

    Qu'il ne laisse chanceler ton pied ! qu'il ne dorme, ton gardien !
    Vois, il ne dort ni ne sommeille, le gardien d'Israël.

    Yahvé est ton gardien, ton ombrage, Yahvé à ta droite.
    De jour, le soleil ne te frappe, ni la lune en la nuit.

    Yahvé te garde de tout mal, il garde ton âme.
    Yahvé te garde au départ, au retour, dès lors et à jamais.

     

     

    Prière de Saint Claude La Colombière (1641-1682)

     

    Mon Dieu, je suis si persuadé que Vous veillez sur ceux qui espèrent en Vous, et qu'on ne peut manquer de rien quand on attend de Vous toutes choses, que j'ai résolu de vivre à l'avenir sans aucun souci, et de me décharger sur Vous de toutes mes inquiétudes : « Pour moi, mon Dieu, je dormirai et me reposerai dans la paix que je trouve en Vous ; parce que Vous m'avez, Seigneur, affermi d'une manière toute singulière dans l'espérance que j'ai en Votre divine bonté » (Ps 4, 9-10).

     

    Les hommes peuvent me dépouiller et des biens et de l'honneur, les maladies peuvent m'ôter les forces et les moyens de Vous servir, je puis même perdre Votre grâce par le péché ; mais jamais je ne perdrai mon espérance, je la conserverai jusqu'au dernier moment de ma vie, et tous les démons de l'enfer feront à ce moment de vains efforts pour me l'arracher : « Pour moi, mon Dieu, je dormirai et me reposerai dans la paix que je trouve en Vous... ».

     

    D'aucuns peuvent attendre leur bonheur de leurs richesses ou de leurs talents, d'autres s'appuyer sur l'innocence de leur vie, ou sur la rigueur de leurs pénitences, ou sur le nombre de leurs aumônes, ou sur la ferveur de leurs prières : « Parce que Vous m'avez, Seigneur, affermi d'une manière singulière dans l'espérance... » : pour moi, Seigneur, toute ma confiance c'est ma confiance même ; cette confiance ne trompa jamais personne : « Sachez que jamais personne qui a espéré dans le Seigneur n'a été confondu dans son espérance » (Ecc 2, 11).

     

    Je suis donc assuré que je serai éternellement heureux, parce que j'espère fermement de l'être, et que c'est de Vous, ô mon Dieu, que j'espère : « C'est en Vous, Seigneur, que j'ai espéré ; ne permettez pas que je sois confondu à jamais » (Ps 30, 2).

     

    Je connais, hélas ! je ne connais que trop que je suis fragile et changeant, je sais ce que peuvent les tentations contre les vertus les mieux affermies, j'ai vu tomber les astres du ciel et les colonnes du firmament, mais tout cela ne peut m'effrayer : tant que j'espérerai je me tiens à couvert de tous les malheurs, et je suis assuré d'espérer toujours, parce que j'espère encore cette invariable espérance.

     

    Enfin, je suis sûr que je ne puis trop espérer en Vous, et que je ne puis avoir moins que ce que j'aurai espéré de Vous. Ainsi, j'espère que Vous me soutiendrez dans les tentations les plus violentes, que Vous ferez triompher ma faiblesse de mes plus redoutables ennemis ; j'espère que Vous m'aimerez toujours, et que je Vous aimerai aussi sans relâche ; et pour porter tout d'un coup mon espérance aussi loin qu'elle peut aller, je Vous espère Vous-même de Vous-même, ô mon Créateur, et pour le temps et pour l'éternité.

    Ainsi soit-il !

     

      

    Prière d'après celle que Charles de Foucauld (1858-1916) écrivit lorsqu'il était moine trappiste sous le nom de Frère Marie-Albéric (ce texte fut abrégé par des Petites Sœurs par la suite)

     

    1/ Mon Père, je me remets entre tes mains. 

    Mon Père, je me confie à toi.

    2/ Mon Père, je m'abandonne à toi.

    Mon Père, fais de moi ce qu'il te plaira.

    3/ Quoi que tu fasses de moi, je te remercie.

    Merci de tout, merci pour tout.

    4/ Je suis prêt à tout, j'accepte tout,

    Pourvu que ta volonté se fasse en moi, mon Dieu.

    5/ Je suis prêt à tout, j'accepte tout,

    Pourvu que ta volonté se fasse en toutes tes créatures.

    6/ Je ne désire rien d'autre, mon Dieu,

    Que de remettre mon âme entre tes mains.

    7/ Je te donne ma vie, mon Dieu,

    Avec tout l'amour de mon cœur, parce que je t'aime.

    8/ Je t'aime et au nom de cet amour j'ai besoin de me donner,

    De me remettre en tes mains sans mesure.

    9/ Je me remets entre tes mains avec une infinie confiance,

    Car tu es mon Père.

    10/ Mon Père, je me remets entre tes mains. 

    Mon Père, je m'abandonne à toi.

     

      

    Documents téléchargeables

     Mais aussi

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...