Le laboureur a labouré Agrandir l'image

Le laboureur a labouré

091.010

Nouveau

Un chant pour se rassembler, pour faire corps, pour exprimer avec des mots tout simples ce qui fait notre unité, ce qui fait le plaisir d’être réunis, en famille, en amis, en frères et sœurs... La parabole du semeur (Matthieu 13, 1-23 / Marc 4, 1-20 / Luc 8, 4-15) traverse en filigrane des paroles pleines d’espérance puisées dans ce que la nature nous donne à contempler.

Plus de détails

0,00 €

    Le Laboureur a labouré (T 134)

    Texte : Pierre-Michel Gambarelli

    Musique : Jean-Pierre Kempf

     

    Le laboureur a labouré,

    À profusion il a semé,

    Serré dans un même sillon,

    Chacun grandit à sa façon.

    Et dans un champ multicolore

    Dieu un jour nous offre d'éclore

    À la rencontre d'aujourd'hui

    Préparant un demain fleuri.

     

    1. Toi tu seras un champ de blé

    Qui, moissonné chaque matin,

    Fera le pain de l'affamé,

    La force de crier sa faim.

     

    2. Toi tu seras un bouton d'or

    Dans le théâtre du printemps.

    La nature plante le décor,

    Les comédiens sont des enfants.

     

    3. Toi tu seras un olivier

    Pour la colombe fatiguée

    De rechercher un coin de paix

    Sur une terre divisée.

     

    4. Toi tu seras la haie d'honneur

    Quand passeront les inconnus :

    "On vous offre ces quelques fleurs,

    On vous souhaite la bienvenue."

     

    5. La parabole du semeur,

    Des graines qui donnent du fruit,

    Reprendra toute sa saveur

    Pour un monde qui se construit.

     

     

    Usages

    • Rassemblement familial
    • Ouverture d’une célébration
    • Mariage
    • Fête de la nature, des récoltes, prémices, offrandes, rogations
    • Etc.

     

     

    Commentaire

    Le refrain nous rappelle qu’unité ne veut par dire uniformité. Nous sommes appelés par le Christ à former une communauté d’hommes et de femmes et en aucun cas une masse humaine constituée de pions identiques sur un échiquier où tout est déjà mathématiquement joué. La foi chrétienne ne réduit pas la personne à l’individu et la personnalité à l’individualité.

    La diversité est le cadeau que Dieu fait à chacun afin qu’il trouve sa place originale au milieu de tous. Dieu aime nos différences et peu importent nos différences. Son visage n’est autre que la mosaïque de la création tout entière.

    En s’adressant à une seule personne à la fois et à chacun en même temps, les couplets renforcent cette volonté de considérer toute personne comme un être unique.

    « Dans le ventre de ma mère, Dieu se répétait mon nom qu’il a gravé sur les paumes de ses mains… » Isaïe 49, 1 … 16

    Si le refrain est au présent parce que nous y proclamons les convictions qui nous rassemblent, les couplets sont au futur car chacun est envoyé par le Père pour porter au monde cette espérance en l’avenir.

    Tous les rassemblements, les plus agréables, les plus chaleureux, les plus conviviaux ont une fin et il faut toujours redescendre de la montagne (Matthieu 17, 1-9, Marc 9, 2-9 et Luc 9, 28-36).

     

    « Jésus est venu sur terre pour en être le laboureur, pour rendre la terre fertile en la cultivant avec soin et semer sa parole. » Jean Chrysostome, Œuvres complètes, tomes VII et VIII, homélie 44.

     

    « Autrui se pose en face de moi comme un alter ego dont je dois répondre comme de moi-même, ce qu’énonce bien le commandement biblique de l’amour du prochain. Pour Lévinas, je suis d’autant plus responsable pour autrui que l’autre est un être unique et singulier absolument irremplaçable. C’est le visage de l’autre qui traduit son caractère sacré et qui exige qu’on se sente responsable pour lui. D’après Lévinas, le visage traduit le mystère ontologique de la personne humaine et renvoie par conséquent à l’idée de la Transcendance. » (Jean-Luc Berlet)

     

     

    Enrichissements

     

    Trois idées à développer

     

    1/ La parabole et le chant, le chant et la parabole

     

    Relire la parabole du semeur à l’aune de ce chant et réciproquement

    L’ensemble des participants est divisé en deux groupes.

    Le premier groupe insère dans la parabole les paroles du chant.

    • À quel endroit de la parabole les paroles du chant résonnent-elles au mieux ?

    Le deuxième insère dans le chant les versets de la parabole.

    • À quel endroit du chant les mots de la parabole trouvent-ils une couleur particulière ?

    Puis, les deux groupes échangent leurs découvertes.

    Le but de l’expérience :

    • Renouveler notre lecture de cette parabole souvent usée par des exploitations abusives.
    • Situer les paroles de ce chant dans la dimension missionnaire de la foi chrétienne qui s’équilibre entre le « dire » (j’annonce la Parole de Dieu) et le « faire » (je vis de la Parole de Dieu). Et jamais l’une sans l’autre.

     

     

    2/ Visage de Dieu, visages d'hommes

     

    Composer, en s’inspirant (ou pas) du modèle ci-dessous, le visage du Christ à partir de multiples visages découpés dans des magazines, des catalogues, et des publicités dont nos boîtes aux lettres dégorgent. Cette affiche (Chrétiens Médias), malgré ses quelques années, conserve toute sa pertinence.

     

    3/ Le temps des rogations

     

    Un peu d’histoire

    « Les Rogations, plus célébrées autrefois qu'aujourd'hui, ont lieu les trois jours précédant l'Ascension. Cette procession à travers la campagne, à une période déterminante pour les récoltes fut instituée par saint Mamert évêque de Vienne, à la suite d’une série de calamités, en 469. Une prescription du concile d'Orléans, en 511, répandit cet usage dans toute la France. En 816, le pape Léon III l'étendit à toute l'Église. Au petit matin, curé, vicaires, enfants de chœur, paroissiens et paroissiennes s’ébranlent derrière la croix à travers champs et prés. Dans chaque hameau, des portes s'ouvrent. Des fidèles quittent leur domicile pour s'unir à la procession. Les supplications des litanies s'élèvent dans le calme matin tandis que le curé, à larges coups de goupillon bénit les moissons en herbe, les arbres en fleurs et les animaux qui paissent. La procession s'arrête devant les fontaines et les puits dans lesquels le prêtre jette du sel pour les purifier. » Alain-François Lesacher, Fêtes et Traditions de France, Ouest-France (EAN : 978-2737325908)

     

    Démarche spirituelle

    Avec un groupe d’enfants, on imagine un parcours en 4 étapes :

    • dans un champ de blé (ou un jardin, une serre…),
    • un parterre de fleurs (dans un parc public, sur la place d’une ville, chez un fleuriste…),
    • au pied d’un arbre,
    • une haie de buis, de troènes ou de thuyas dans l’allée d’une maison ou le long d’un petit chemin…

    À chaque étape :

    • on chante un couplet,
    • on écoute la parole de Dieu,
    • on partage un temps de prière,
    • on récite un Notre Père,
    • on fait silence quelques instants,
    • on effectue un geste symbolique…

    Le refrain du chant accompagne notre déplacement pour passer d’une étape à l’autre.

     

     

    Documents téléchargeables

    091.010.zip

    - 091.010-a / Le laboureur a labouré – Partition, accords de guitare et guide chant [Gratuit]

    - 091.010-c / Visage de Dieu, visages d'hommes - Images (4Mo jpg) [Gratuit]

     

    Mais aussi :

    091.010-vv – Le laboureur a labouré – Version chantée (3’19) [Gratuit]

    091.010-b – Le laboureur a labouré – Version diaporama (3’19) [Gratuit]

     



Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...